• -100,00 MAD
Metal Gear Solid V XBOX ONE

Metal Gear Solid V XBOX ONE

550,00 MAD
450,00 MAD
TTC
Économisez 100,00 MAD

MGS V - Ground Zeroes sur Xbox One est le prologue de The Phantom Pain. Le titre est vendu séparément et plonge le joueur dans l'introduction du 5ème épisode de la saga. En plus de la mission principale scénarisée, on retrouve 5 missions annexes visant à faire découvrir aux joueurs les subtilités du gameplay.

Quantité

  • Paiement par carte en toute sécurité Paiement par carte en toute sécurité
  • Livraison gratuite partout au Maroc Livraison gratuite partout au Maroc
  • Paiement en espèce à la livraison Paiement en espèce à la livraison

Impossible de débuter sans revenir un instant sur cette polémique, cette gronde.

A mon sens, deux conceptions du jeu vidéo s'entrechoquent ici. Celle considérant

le jeu vidéo comme un produit, l'autre préférant se concentrer sur l'expérience,

sur la trace laissée par un jeu. Vous le savez, à mes yeux, quand il s'agit de parler

des meilleures réalisations, le jeu vidéo n'est justement pas un produit. Sa critique

ne peut donc être réalisée avec une grille technique, comme cela se pratique pour

une voiture ou un smartphone. Depuis quand le but d'un jeu est de faire la course

pour savoir en combien de temps il se finit ? Surtout pour un jeu d'infiltration,

genre par excellence où il est toujours intéressant d'effectuer plusieurs runs,

d'essayer d'autres approches. Et pourquoi vouloir à tout prix réduire Ground Zeroes

exclusivement à sa mission principale ? Il y a 5 autres missions... certaines courtes

et anecdotiques, d'autres bien plus consistantes et mémorables.

Metal Gear Solid 5... heures ?

Portal, Brothers, Gone Home, The Stanley Parable, Journey...

autant d'expériences uniques qu'il aurait été ridicule de juger à l'aune de leurs fameuses

"durée de vie". Viendrait-il à l'idée de juger un tableau de maître en fonction du nombre

de tubes de peintures utilisés ? Un film à la quantité de bobines tournées ?

Les grands jeux se finissant en moins d'une heure en speed run deviennent-ils soudainement 

des arnaques ? S'il est effectivement intéressant de se poser la question de la pertinence

du nouveau modèle économique employé ici par Konami (lire notre chronique : 

MGS 5, le modèle de demain ?), si effectivement à titre personnel je suis persuadé que

cette pratique pourrait entraîner certaines déviances... non, je ne juge pas que cela soit le cas ici.

Si pour vous, "l'affaire de la durée de vie" est l'alpha et l'omega de votre décision,

eh bien ne l'achetez pas et attendez encore un an pour Phantom Pain. C'est votre choix,

il vous appartient. Sachez juste que vous passerez alors à côté de l'une des meilleures

expériences visuelles et de gameplay de ce début 2014. Un prologue certes, mais qu'on prend

plaisir à retourner dans tous les sens avec pléthore de sous-missions, d'objectifs annexes voire cachés...

certains défis se révélant des plus costauds. Un titre qui vous ramène justement aux bases

du jeu vidéo avec son gameplay raffiné et ses nombreuses manières d'appréhender chaque

situation. Un jeu qui se joue, qui s'expérimente. Un jeu qui ne vous montre pas tout dès le début.

A l'ancienne en somme.Pour conclure sur ce chapitre, la durée de vie, parlons-en une dernière fois.

Personnellement, j'aurai passé plus 6 heures dans ce prologue, et je n'ai pourtant pas encore relevé

tous les défis. Alors certes, ce qui me manque reste anecdotique (des Time Attack & co.),

mais avec plus de 6 heures de jeu, combien de "simples démos" (puisque c'est le terme

que beaucoup aiment employer concernant Ground Zeroes) vous ont tenu en haleine

aussi longtemps ? Je n'en connais pas. Amis joueurs : oui, la mission principale peut être

finie rapidement. Dire l'inverse serait un mensonge. Mais ne vous y trompez pas,

ne mélangeons pas l'important et l'essentiel. N'oublions pas que ce qui laisse une trace,

ce qui fait qu'on aime le jeu vidéo, reste avant tout la qualité de l'expérience. Allez, on parle de jeu maintenant ? 

Kept you waiting, huh ?

Il y a quelques jours, lors de mes premières impressions, je vous décrivais en détails

tout ce qui avait pu changer dans la formule Metal Gear. Et il y avait de quoi dire.

Pour éviter les redites, je vous inviterai ainsi à vous y référer (lire : tout ce qu'il faut savoir sur

 Metal Gear Solid 5 : Ground Zeroes).

Dans cette critique aujourd'hui, j'ai donc plus envie de me pencher sur mon ressenti.

Sur ce qui fait que oui, j'ai vécu une succession de moments uniques.

La mise en scène tout d'abord. Désormais intégralement réalisées en audacieux plans séquences,

les deux cinématiques principales de cet épisode Ground Zeroes impressionnent.

Finie la multiplication des plans champ/contrechamp. Toujours en mouvement,

la caméra à l'épaule vous plonge ici au coeur de l'action, au coeur du camp Omega.

Le rendu général se veut plus viscéral (dans tous les sens du terme), plus brut, plus documentaire.

Une mise en scène servant judicieusement le propos.

La prise en main ensuite. Une sorte de révélation pour la série. Nous avions quitté Snake

engoncé dans ses poncifs, un héros charismatique mais, avouons-le, de plus en plus rigide.

Nous le retrouvons ici débarrassé de ses certitudes, ayant enfin osé s'inspirer de ce qui se fait

en occident pour moderniser son maniement, mais sans perdre son ADN et son identité.

Big Boss dispose ainsi d'une palette de mouvements étoffée, dont le sprint reste l'un des symboles

capitaux en apportant une nervosité inédite à l'ensemble. La possibilité d'avancer fusil

à l'épaule, de marquer ses cibles ou encore d'effectuer des tentatives de récupération en bullet-time 

sont autant de signaux d'un gameplay s'ouvrant enfin à ce qui se fait de mieux aujourd'hui.

Ajoutez à cela les prémices de monde-ouvert, sans oublier la folie "kojimesque", qui offre

quelques trouvailles de son cru, et vous obtiendrez la formuleMetal Gear magnifiée.

Autre élément notable, la richesse avec laquelle vous pouvez aborder les situations reste

un indéniable point fort. Même si le camp Omega aurait pu être plus vaste, son level

design a été finement pensé pour offrir autant de cachettes et de routes que de possibilités.

Après quelques runs, vous aurez la map bien en tête et pourrez alors expérimenter...

à l'image de ce qui avait tant fasciné les joueurs dans Metal Gear Solid 2.

Ce prologue a fait aussi remonter en moi mes meilleurs souvenirs d'infiltration.

En franchise, cela faisait si longtemps que je n'avais pas pris autant de plaisir à jouer au chat

et à la souris. A échafauder des stratégies, à camper dans l'ombre avant de fondre sur ma proie,

à écouter les communications des gardes, à retenir mon souffle, à essayer de récupérer

des indices de-ci, de-là... La souplesse inédite de la prise en main contribue évidemment au plaisir éprouvé.

Nouvelle génération

Sans surenchère dans la finesse des textures, sans avalanche de polygones, mais avec cette patte

si caractéristique des productions Kojima, Ground Zeroes créé une atmosphère unique.

En ce début 2014, il s'agit sans conteste de l'une des réalisations générales les plus

abouties à ce jour. La qualité des éclairages, la sensation d'humidité, la cohérence visuelle...

le tout allié à la propreté du rendu 1080p à 60 images/seconde stables sur PS4 contribuent

à rendre l'expérience hautement immersive. C'est simple, vous êtes dans le camp Omega.

Quant à la version Xbox One, même si la résolution en 720p propose forcément un rendu

un soupçon moins fin que chez sa concurrente, rien de choquant. Après, si vous avez le choix,

la version PS4 est techniquement la meilleure, mais ne comptez pas sur moi pour rentrer

dans le vain débat des 739,5p VS 1043p. Les deux versions restent très bonnes, quel que soit leur nombre de "p".

Pour le reste, bien sûr, il est encore possible de prendre à défaut l'IA sur certains points.

Il m'est ainsi arrivé de voir des rondes étonnantes, voire de me réjouir de ne pas avoir été vu...

alors qu'un garde  un peu benêt passait un peu trop près, sans me détecter.

C'est un fait. Mais dans l'écrasante majorité des cas, j'ai surtout constaté que les escouades

s'organisaient diaboliquement bien pour me contourner et m'acculer, dos au mur. A ce titre,

en mode de difficulté supérieure, l'infiltration se doit d'être menée avec le plus grand calme,

en gagnant mètre par mètre et, désormais en l'absence de radar, en se montrant particulièrement

attentif à son environnement... et ce à 360°. Car le danger peut surgir de partout. Avec son départ

vers le monde ouvert, Metal Gear Solid V rompt avec l'aspect couloir (plus ou moins bien maquillé)

des précédents opus. Et ce que l'on gagne en liberté, on en subit le contre-coup en dangers

potentiels. Tant mieux, il s'agit là véritablement d'infiltration !

Madeleine de Proust numérique

Difficile de conclure sans une mention spéciale pour la Mission Annexe "Déjà Vu",

exclusive aux consoles Sony (PS4 et PS3). A elle seule le symbole de ce prologue. Oui,

il s'agit d'une démonstration ahurissante de fan service bien exécuté. Une véritable Madeleine

de Proust next-gen. Déjà, vous allez devoir lutter pour la débloquer (et plus que 2 heures,

sauf si vous suivez nos astuces sur le sujet), ensuite tout y est : les références, les frissons...

et les surprises ! Je ne vous révélerai rien évidemment, mais sachez que les fans auront non

pas un, ni deux, mais moult frissons d'émotions numériques. Joli, vraiment.

Globalement, et pas uniquement dans cette mission, le soin apporté à ajouter des clins d'oeil,

des petites trouvailles faisant le sel des Metal Gear depuis maintenant des décennies,

marque le grand retour d'un mix entre sérieux des missions et délires "kojimesques".

Le créateur s'est ainsi amusé à glisser des détails qu'on ne retrouve définitivement pas dans

les autres jeux. Contrairement à un MGS4 qu'on sentait sérieux, voire dont on rechantait parfois

la lourdeur du développement, ce MGS5 : Ground Zeroes n'oublie pas de s'amuser

avec nous  Les aficionados apprécieront.

Forcément, à côté de cette exaltation des souvenirs admirablement bien amenés, la mission

"Jamais Vu" des consoles Microsoft (Xbox 360, Xbox One) mettant en scène Raiden se révèle

quant à elle moins marquante. Beaucoup plus orientée action aussi.

Cliquez ici pour laisser un commentaire

16 autres produits dans la même catégorie :